La rénovation d’un appartement parisien révèle des fresques révolutionnaires cachées

Pour l’architecte Agathe Marimbert, basée à Paris, il devait s’agir d’un projet de rénovation simple. En effet, ses clients étaient des primo-accédants, un jeune couple qui avait récemment emménagé dans leur appartement du deuxième étage d’un immeuble du 18e siècle dans le 10e arrondissement, avant de décider qu’il avait besoin d’être rénové. Les travaux battent leur plein ; les plans d’Agathe pour un espace remodelé et lumineux sont en cours et les constructeurs sont occupés à ouvrir les murs quand soudain, les choses s’arrêtent de manière inattendue. Quelque chose s’était caché derrière les murs, et ce n’était pas de l’amiante.

 © Sloft

“Lors de la restructuration de l’appartement, nous sommes tombés sur ce qui semblait être des fresques clandestines de partisans de la révolution française, que les anciens propriétaires avaient recouvertes lors de l’installation d’une salle de bain”, nous raconte Marimbert. “Et c’est en rouvrant cet espace clos entre ce qui est aujourd’hui la cuisine et le salon (que nous pensons avoir été une double porte) que nous avons découvert les signes de quelque chose de tout à fait étonnant sous la peinture”.

 © Agathe Marimbert

Après l’achèvement de la rénovation, nous nous sommes entretenus avec Agathe Marimbert, une architecte parisienne en plein essor, pour en savoir plus…

 © Agathe Marimbert

Qu’avez-vous trouvé exactement sur les fresques ?

 © Agathe Marimbert

Une grande fresque orne ce qui est maintenant la cuisine de l’appartement, et représente plusieurs scènes. A gauche, la scène d’une bastonnade publique. Au premier plan, un noble est fouetté par une femme portant un foulard et un tablier. Une autre femme du clergé, peut-être une religieuse (ce qui correspond à l’atmosphère antireligieuse de la révolution), implore la pitié d’une autre femme, qui la frappe avec des roseaux ,dit Agathe Marimbert .

Agathe Marimbert : Au-dessus de cette scène se trouvent d’autres symboles plus clairement liés à l’époque de la révolution : une guillotine sanglante, qui vient de remplir sa fonction. Une partie de la fresque a été perdue, mais on peut imaginer une tête roulant dans le panier.

 © Agathe Marimbert

Nous avons également trouvé tous les symboles iconiques de la révolution. La bannière et la cocarde de la France. Nous pouvons lire deux inscriptions qui se traduisent par “unité, indivisibilité de la république, liberté égalité, fraternité ou la mort” et “nous rompons avec les superstitions religieuses et plaçons notre foi dans l’être suprême et la rationalité des lumières.”

AM : D’autres symboles de résistance notables que nous voyons sont le bonnet phrygien (que Marianne portera plus tard), l’œil maçonnique (une référence à l’Être suprême), les baïonnettes et les fourches (qui nous rappellent que les classes inférieures se battaient avec ce qui était à leur disposition). Enfin, on trouve des représentations de fonctionnaires romains, appelés licteurs, qui étaient généralement chargés de faire appliquer les décisions de justice. Ayant également succédé à la monarchie, la république romaine était une source de référence constante pour les révolutionnaires.

AM : Une troisième scène représente l’assaut d’un manoir par une troupe attaquant avec un canon. Au premier plan, les assaillants sont encouragés par un violoniste qui, on l’imagine, aurait pu les conduire avec un hymne révolutionnaire tel que “La Carmagnole”.

Qui est à l’origine de ces œuvres ?

AM : Le bâtiment date des années 1780, et selon les archives, il était le siège commercial d’une confrérie de malletiers. Et ce qui est maintenant l’appartement de mes clients au deuxième étage aurait été le bureau de l’entreprise.

AM :Nos malletiersIl est communément admis que la grande majorité des révolutionnaires étaient des provinciaux, des artisans en particulier, menés par les principaux acteurs d’un mouvement politique connu sous le nom de “Club des Jacobins”

© Sloft

Nous avons fait appel à un restaurateur expérimenté qui a déjà restauré des objets du XVIIIe siècle, mais il a été difficile d’identifier et de dater complètement la fresque sans signature. En général, pour un tableau, nous avons plus d’indices, comme le cadre, le support de la toile, etc. De plus, il est toujours possible que la fresque ait été ajoutée au fil du temps avant d’être finalement recouverte.

Image © Sloft
Image © Sloft

Est-ce qu’il arrive souvent à Paris de trouver des fresques derrière les murs ?

Image © Sloft

AM : C’est la première fois que cela m’arrive et je ne connais pas de pairs professionnels qui ont rencontré ce genre de choses dans leur travail ici à Paris. Il est étonnant que le propriétaire précédent ait simplement peint par-dessus, comme s’il s’était assuré de ne pas trop les endommager en les cachant. En général, les gens conservent les fresques (surtout celles du plafond qui sont plus fréquentes et récentes) ou les détruisent complètement en les ponçant. Malheureusement, nos constructeurs avaient déjà percé des parties du mur avant que les fresques cachées ne deviennent apparentes, mais dès qu’ils ont remarqué des traces de quelque chose sous les couches, ils m’ont appelé.

Par chance, il se trouve que mes clients sont très passionnés d’histoire. Je ne peux pas dire que beaucoup d’autres clients auraient choisi de conserver ces fresques car elles ont une présence visuelle assez forte. En effet, tout le monde n’a pas envie de prendre son petit-déjeuner tous les jours devant les fesses nues d’une nonne ou une guillotine ensanglantée.

© Sloft

Pensez-vous que cela a augmenté la valeur de l’appartement ? Devrions-nous tous commencer à gratter derrière nos murs pour trouver des trésors !

AM : Je pense que cela augmente certainement la valeur et le cachet de l’appartement. Il est toujours intéressant d’apprendre l’histoire de nos immeubles. Les immeubles haussmanniens réservent peut-être moins de surprises, mais les immeubles plus anciens doivent sûrement encore contenir des pépites à découvrir.

Détails, par Agathe Marimbert © Sloft

Que pensez-vous de cette expérience, espérez-vous faire des découvertes similaires.

Architecte Agathe Marimbert. Portrait par Sloft

Ce serait génial ! Qui ne veut pas révéler ce qui est caché ? ! En tant qu’architecte, trouver des indices sur la structure originale du bâtiment est toujours fascinant. Ces découvertes ancrent le projet dans un contexte historique et lui donnent beaucoup plus de sens.

Laisser un commentaire