Une petite maison aux formes arrondies est réaménagée avec un style « Midcentury ».

Sue Tapia, ancienne gestionnaire de bureau pour un groupe de médecins privés à Chicago, a déménagé à Sarasota en 2016 avec son chat noir de sauvetage, Baby Kitty, pour commencer une nouvelle carrière dans l’immobilier résidentiel. Au cours de sa première année en tant qu’agent immobilier, elle a vendu une maison de Gulf Gate équipée de meubles et de décorations des années 1950. « C’était une véritable machine à remonter le temps. Le propriétaire était décédé, et j’ai toujours aimé ce style. En effet, le papier peint, les lampes, la console stéréo et même le mobilier de jardin étaient de cette époque », explique-t-elle.

Elle a commencé à étudier ce style et à collectionner des meubles et des accessoires afin de décorer la maison qu’elle louait. Puis, alors qu’elle recherchait des meubles du « Midcentury » sur Facebook Marketplace, une petite maison ronde à l’angle de Peachtree Street et de Lockwood Ridge Road a attiré son attention. « Je collectionne les pièces rares, et cette maison était dans mes cordes », dit-elle. « Elle avait besoin de quelques travaux, mais j’ai vu plus loin que ça ».

La méthode utilisée pour la rénovation de la maison

Parce qu’elle imitait la remarquable maison ronde de 1960 conçue par les partenaires de l’école d’architecture de Sarasota, Jack West et Elizabeth Boylston Waters, à quelques kilomètres de là sur Riverwood Avenue, Christopher Wilson, ancien président de la Sarasota Architectural Foundation, l’a surnommée « l’autre maison ronde ». Pourtant, le fait d’être ronde était le seul lien entre les deux maisons. Au contraire, Frank Williams, électricien de métier, s’est inspiré de la maison ronde pour en construire une version plus petite et plus humble en 1971. « Il a construit les armoires, il a tout construit », dit Tapia. Et même si la propriété est passée par de multiples propriétaires et locataires au fil des ans, elle est restée inchangée. « Ce qui est beau, c’est qu’ils l’ont gardée telle quelle », dit Tapia.

Elle a acheté la maison de 396 m carrés pour 229 000 dollars en 2018. Elle était invisible derrière des pins australiens, et l’année suivante, elle a dépensé plus de 20 000 $ pour défricher le terrain d’angle surdimensionné – puis 50 000 $ de plus pour le remodeler.

En forme de cylindre, la maison a un plan d’étage et des caractéristiques inhabituelles. Au centre de l’espace de vie se trouve une salle de bains unique, ronde, avec une baignoire circulaire, un miroir incurvé, un lavabo et un plan de travail arrondis. Pour créer un effet plus spacieux, Tapia a enlevé un mur et créé une plus grande chambre, faisant passer la maison de trois à deux chambres. Elle a fait recouvrir les sols en ciment brut d’une résine époxy blanche de qualité commerciale, créant ainsi une finition sans coulis, brillante et réfléchissante pour « faire entrer la lumière », dit-elle.

La maison n’a que deux fenêtres dans la chambre principale et une dans la chambre d’amis, alors elle a déniché deux portes originales modernes du « Midcentury » dernier avec des découpes de fenêtres amusantes. L’une est la porte d’entrée, et l’autre mène à l’abri pour voiture. Elles sont d’un orange joyeux et complètent les teintes de noyer de ses meubles et ressortent sur le sol blanc de la patinoire.

La cuisine a les mêmes comptoirs en Formica bleu avec des faces en stratifié blanc, fabriqués sur mesure par Williams. Les armoires n’ont pas de fond et ont été installées directement sur le mur incurvé. Un évier rectangulaire, blanc, double en fonte, est équipé d’un anneau en acier inoxydable Hudee. Tapia s’émerveille de la qualité du travail de Williams. À part les appareils électroménagers, il n’y avait pas besoin de mettre à jour la cuisine.

Elle a fait remonter le design dans le temps en l’équipant de sa collection de meubles modernes « Midcentury ». De plus l’un de ses objets les plus précieux est une table basse boomerang qu’elle a trouvée dans un vide-grenier local.

Tapia admet que la maison est une adaptation de sa maison plus grande de Chicago. Avec peu de rangement et pas de garage, elle a dû changer sa façon de penser sur ce qu’il fallait garder, un défi quand on est un collectionneur avide de trésors modernes »Midcentury ».

« Lorsque j’ai commencé à collectionner le midcentury, j’achetais tout ce que je voyais. Aujourd’hui, à moins qu’il n’ait une maison, je ne peux pas l’emmener chez moi », dit-elle.


Laisser un commentaire