Un voleur à main armée a pitié des maigres revenus d’un magasin et lui rend son argent.

Un voleur armé qui a pénétré dans un magasin de vin du quartier d’Auderghem, à Bruxelles, s’est vu remettre 110 euros, une somme si faible qu’il a eu pitié du commerçant et lui a simplement rendu l’argent.

Le commerçant a expliqué que les crises successives, de la pandémie à l’inflation en passant par la montée en flèche des prix de l’énergie, signifiaient qu’il y avait peu d’argent liquide valant la peine d’être volé.

« Le voleur nous a demandé de l’argent liquide – nous n’avions que 110 € à lui donner, mais il a insisté tout en nous menaçant de son arme pour que nous lui donnions plus, croyant qu’il y avait beaucoup d’argent ailleurs », a déclaré le gérant du Cellier de Vinalgros dans une déclaration sur les médias sociaux.

« Nous lui avons alors expliqué que la situation des petits commerçants était très grave, qu’après avoir payé toutes nos charges, salaires, impôts et autres dépenses, il ne nous restait plus rien. Nous lui avons également expliqué qu’il n’y avait plus d’argent liquide en circulation, à cause des crises successives et parce que les rares personnes qui dépensaient de l’argent chez nous payaient par carte. »

Selon le gérant, le braqueur leur a alors dit qu’ils pouvaient garder l’argent et leur a demandé comment quitter le magasin.

« J’ai presque eu l’impression qu’il avait pitié de nous et de la triste réalité dans laquelle nous sommes aujourd’hui », a déclaré le gérant, avant de plaisanter : « Je pense sincèrement qu’une reconversion est nécessaire de toute urgence pour tous les petits voleurs qui comptaient sur nous, petits commerces, pour survivre. »

Le braquage a eu lieu jeudi dernier dans l’après-midi, vers 15 heures, lorsqu’un homme vêtu de noir avec un casque de moto sur la tête a fait irruption dans le magasin de vin.

Bien que le voleur soit parti sans faire usage de son arme, le personnel a été secoué par cette épreuve et le gérant a déposé un rapport et a donné à la police les images des caméras de l’incident.

Le gérant Michael Thill a déclaré qu’il était tout de même reconnaissant que le voleur ait laissé l’argent et n’ait rien cassé dans le magasin.

« Ce n’est pas facile à vivre, [mais] soyez assurés que nous allons tous bien même si c’était très choquant ».


Laisser un commentaire