Un homme installe un panneau solaire sur le balcon de son appartement pour économiser sur ses factures d’énergie

Un Bruxellois a installé un seul panneau solaire sur son balcon et affirme que cet emplacement non conventionnel lui permet déjà d’économiser jusqu’à 180 euros sur ses factures d’énergie.

Mais il n’est pas certain qu’une telle action soit techniquement autorisée, car le panneau solaire n’est pas installé par un professionnel, mais plutôt un modèle plug-and-play qui peut être branché sur n’importe quelle prise ordinaire.

Son propriétaire, Tom Kenis, a déclaré à Bruzz qu’il n’était pas particulièrement inquiet de toute façon. « Je parie que je n’ai pas vraiment le droit, mais je n’ai reçu que des questions de voisins intéressés à copier potentiellement cette solution », a déclaré Kenis.

« Tout le monde voit ses factures augmenter. Nous sommes en situation d’urgence climatique. Je ne voulais pas attendre qu’il y ait un cadre pour cela ou que les coprésidents soient d’accord. Cela fait quelques années que je me penche sur la question par intérêt écologique, pour faire ma part. »

Kenis a branché le panneau solaire sur son balcon depuis le mois de mai.

« En Allemagne et aux Pays-Bas, ils existent depuis des années et sont très populaires », explique-t-il, ajoutant que c’est dans ces pays qu’il a acquis le matériel nécessaire à la mise en place du système de panneaux solaires.

« Vous devez effectivement déclarer les panneaux solaires dans ces pays, mais les formalités administratives sont minimes ».

Le coût total de son installation n’a été que de 600 €, mais on estime que l’installation lui permettra d’économiser environ 200 kilowattheures (kWh).

« C’est à peu près ce que votre réfrigérateur consomme en un an », a déclaré Kenis. « Donc avec le prix actuel du kilowattheure qui se situe entre 0,50 et 0,90 €, je pourrais économiser environ 100 à 180 € sur une base annuelle. C’est plutôt bien. »

L’organisation de consommateurs Test Achats indique qu’il existe bien un cadre juridique pour l’installation de panneaux solaires, ce qui rend peu probable que les actions de Kenis soient totalement dans les limites de la loi.

« Des règles s’appliquent à ce que l’on appelle les ‘installations de production décentralisées fonctionnant en parallèle avec le réseau de distribution' », peut-on lire sur le site de l’organisation.

« Elles stipulent que ces installations doivent en fait être raccordées par un câblage fixe. Il est donc interdit de les connecter simplement avec une prise. »

Mais Kenis estime que ces réglementations sont définies de manière trop étroite et il espère que cela va changer : « Une réglementation distincte pourrait être, par exemple, que pour un à quatre panneaux, le câblage plug-and-play est autorisé. »

Test Achats a déclaré que les panneaux solaires plug-and-play offrent des retours financiers bien plus faibles, mais Kenis n’est pas d’accord et cite leur popularité aux Pays-Bas et en Allemagne.

« Je serais très surpris que les Néerlandais conscients des prix et les Allemands rationnels investissent aussi massivement dans ce système s’il n’a aucun sens économique », a-t-il déclaré.

Bien que M. Kenis soit d’accord avec Test Achats pour dire qu’une installation de panneaux solaires conventionnels est préférable et plus rentable, il affirme que dans son cas particulier, le panneau qu’il a installé est la seule option possible pour faire face à la fois à la crise climatique et à la crise énergétique, et qu’il en est satisfait.


Laisser un commentaire