Un couple achète une cabane en ruine pour 7 000 € à Joshua Tree et la rénove pour en faire une oasis dans le désert.

Lorsque Kathrin et Brian Smirke ont acheté une propriété abandonnée de 1957 à la vente aux enchères des impôts dans le comté de San Bernardino pour 7 000 € en juin 2015, ils ne doutaient pas qu’ils avaient du pain sur la planche. En raison de l’état de délabrement de la petite cabane, il faudrait la démonter jusqu’aux montants et la reconstruire entièrement sur la surface au sol d’origine.

Cependant, après plusieurs années de planification et de remodelage, le couple a réussi à convertir l’humble demeure en leur propre oasis dans le désert, qui est également disponible à la location.

Le couple voulait être en mesure d’intégrer une salle de bain complète, une cuisine, un salon, des rangements, ainsi qu’un espace de couchage pouvant accueillir un lit king-size dans le petit espace de la cabane.

« Nous avons passé plus d’un an à planifier, démolir, construire, planifier à nouveau, construire et enfin décorer ce petit bijou », explique Kathrin. « Ce qui rend cette maison spéciale, c’est que nous avons fait une grande partie du travail nous-mêmes, y compris la conception, la démolition complète, la charpente, la plomberie, l’électricité de finition, et nous avons même construit une grande partie des installations intérieures et de l’art. »

Voici un aperçu de l’état de la maison à l’abandon lorsque les Smirkes l’ont achetée en 2015.

En plus de travailler avec une empreinte minuscule, le couple a dû faire face à de multiples autres défis, comme les codes de construction restrictifs qui visent ces vieilles cabanes. Par exemple, ils ne pouvaient pas ajouter de superficie supplémentaire à la structure d’origine.

Un aperçu de l’intérieur au moment de l’achat.

Mais en fin de compte, ces restrictions ont poussé le duo dynamique à faire preuve d’encore plus de créativité, en créant des solutions astucieuses pour intégrer tout ce qu’ils voulaient pour la maison.

En raison de l’état de délabrement de la cabane, la maison a dû être démontée et entièrement reconstruite.

Les rénovations ont été officiellement achevées en décembre 2017, et les propriétaires sont très fiers du résultat final. Les Smirkes partagent désormais leur temps entre leur résidence sur la côte de Mendocino et la cabane qu’ils appellent affectueusement « L’attaque de la cabane. »

Les Smirkes ont déplacé l’entrée sur le côté de la maison pour maximiser l’intimité. L’utilisation d’une porte d’entrée en verre permet de garder l’entrée lumineuse et aérée. Le rideau bloque un petit placard de rangement.

« Comme il ne s’agit pas de notre résidence à plein temps, le petit espace s’est avéré bénéfique car il était relativement peu coûteux à rénover. Les petits espaces sont également plus économes en énergie, car ils consomment moins d’énergie pour le chauffage, le refroidissement et l’électricité la nuit », explique le couple.

Brian a créé l’œuvre d’art en bois à partir de bois de récupération de la structure d’origine. La porte d’entrée vitrée fournit même suffisamment de lumière naturelle pour que le couple puisse planter un jardin de cactus dans le sol. Cependant, avant de pouvoir commencer, ils ont dû enlever une section du béton avec un marteau-piqueur loué chez Home Depot pour permettre l’installation.

« Enfin, comme l’espace est petit, cela nous a encouragés à créer un lien plus profond avec l’extérieur – un lien particulièrement bienvenu lors des soirées étoilées, complètement exemptes de la « pollution lumineuse » que l’on rencontre en ville. »

Une couverture de taon en cuir vintage est fixée au mur. Le « cadre » qui entoure la couverture est fait de bois de récupération provenant de la structure d’origine. Des portes coulissantes en verre ont été ajoutées pour faciliter l’intégration de la maison à l’extérieur. L’abondant soleil du désert fait de l’éclairage naturel une option viable tout au long de la journée.

Pour la petite cuisine ouverte, les Smirke ont conçu les armoires et fait fabriquer les caissons et les portes dans un petit atelier d’ébénisterie de Los Angeles. Ils ont également formé et coulé eux-mêmes les comptoirs en béton et construit les étagères flottantes avec des restes de pin clair et de contreplaqué.

Les cabanes de style « homestead », comme celle des Smirke, font partie intégrante de l’histoire de la ville désertique de Joshua Tree. En effet, nombre de ces structures sont le fruit du Small Tract Act de 1938, lorsque le gouvernement fédéral a vendu des terres fédérales pour des montants extrêmement faibles. En fait, beaucoup d’entre elles sont encore éparpillées dans la région et sont prêtes à être rénovées.

Un patio couvert, utilisé comme salle à manger, a été fermé par un écran de bois horizontal pour créer un sentiment d’intimité. L’autre extrémité du patio a été laissée ouverte pour profiter au maximum de la vue étendue sur le désert.

À l’autre bout du patio couvert, les Smirke ont construit deux longs bancs qui donnent sur le désert. La toile est un drapeau qu’ils ont fait fabriquer par Lindsay Smith de Makers Workshop et qui dit « Joshua Tree Est. 1957 », qui est l’année de construction de la cabane originale.

Un lit à plateforme était la solution idéale pour faire tenir un lit king-size dans un espace réduit. Le plafond et le mur du fond de la chambre sont recouverts de panneaux de pin à rainure et languette, ce qui ajoute à l’aspect confortable de cet espace compact.

Une douche vitrée contribue à accroître l’impression d’espace dans la petite salle de bains.

Kathrin est aussi une artiste du vitrail et cette pièce fait partie de sa collection intitulée Bands of Color.

La baignoire a été construite à partir d’un abreuvoir que les Smirke ont trouvé dans un magasin d’alimentation animale. Kathrin l’a peinte, et Brian a construit une terrasse, une plate-forme et des jardinières autour pour préserver l’intimité et faire passer les conduites d’eau. Avec de l’eau courante chaude et froide, la baignoire est parfaite pour les chaudes journées d’été et les nuits fraîches du désert.

Le petit patio est un endroit idyllique pour profiter de l’air du désert et du ciel étoilé.

Crédits du projet :

Propriétaire/concepteur : We Are in Our Element, Kathrin et Brian Smirke

Constructeur/entrepreneur général : We Are in Our Element, Brian Smirke

Intérieurs : Kathrin Smirke


Laisser un commentaire