L’homme construit son propre bunker souterrain qui a littéralement TOUT !

Larry Hall nous fait sortir de l’ascenseur et entrer dans un appartement, l’un des nombreux appartements qu’il a récemment construits.

L’espace est élégamment meublé. M. Hall affirme que le niveau des finitions et l’attention portée aux détails ont suscité une réponse enthousiaste de la part de ses clients.

« Quand ils viennent ici pour leurs visites et les clôtures, j’ai eu plusieurs clients qui ont littéralement pleuré quand ils l’ont vu – de joie. »

Mais il y a quelque chose de très inhabituel dans ces habitations. Elles sont situées à plusieurs mètres sous terre, dans un site de missiles nucléaires obsolètes, au milieu du Kansas, aux États-Unis.

M. Hall appelle son projet Survival Condos. « Il s’agit de bunkers de luxe, résistants au nucléaire, conçus pour assurer non seulement votre protection physique, mais aussi votre bien-être mental », explique-t-il.

Bien que ces appartements coûtent des millions de dollars chacun, à partir de 1,5 million de dollars (1,2 million de livres sterling), M. Hall dit qu’il constate une forte demande de la part de clients fortunés.

Cela semble extraordinaire, notamment parce qu’il est possible d’acquérir des maisons en surface à proximité (certes sans protection contre les bombes nucléaires) pour une petite fraction du prix de l’un de ces bunkers. Alors comment a-t-il réussi à bâtir une entreprise apparemment florissante de vente de « survival chic » ?

Tout a commencé après les attentats du 11 septembre 2001 à New York. À l’époque, M. Hall était un entrepreneur qui possédait une entreprise Internet ; il avait également de l’expérience dans la conception et la construction de centres de données informatiques.

Selon M. Hall, la demande d’installations de sauvegarde informatique a augmenté après les terribles événements du 11 septembre. Cela lui a donné une idée : construire un centre de données capable de résister à une attaque à la bombe nucléaire.

Des clients potentiels ont manifesté leur intérêt pour une telle installation. Il n’y avait qu’un pas à franchir pour proposer des bunkers capables d’assurer une protection à long terme des résidents contre une guerre nucléaire ou d’autres catastrophes.

Le site du Kansas finalement choisi pour l’entreprise abritait autrefois un missile balistique intercontinental.

Il existe de nombreuses bases de lancement de missiles abandonnées dans le Midwest, mais M. Hall affirme que seul un petit nombre d’entre elles étaient en état d’être des perspectives réalistes pour le projet. Même dans ce cas, dit-il, les défis de construction et d’ingénierie liés à la construction de l’installation sont considérables.

Pourtant, le site présentait un avantage considérable : il était doté d’une protection intégrée contre les explosions de bombes nucléaires. Si vous deviez construire cet élément à partir de zéro aujourd’hui, « il vaudrait mieux avoir un carnet de chèques très épais, c’est très cher », dit M. Hall.

M. Hall affirme avoir dépensé des millions de dollars pour doter le complexe de tous les dispositifs possibles pour assurer la sécurité des résidents, maintenant et pour une période indéfinie, si un événement catastrophique devait se produire.

Il s’agit notamment de systèmes de filtration de l’air et de l’eau, d’une gamme de sources d’énergie (y compris l’énergie éolienne), et de la capacité de faire pousser des plantes et d’élever des poissons pour l’alimentation. Des gardes armés patrouillent à l’entrée.

Il y a aussi de nombreuses autres caractéristiques, comme un cinéma, une piscine, un cabinet médical, un terrain de golf et même un mur d’escalade. « C’est comme un bateau de croisière miniature », dit M. Hall.

Il pense que des touches de luxe comme celles-ci pourraient aider à expliquer un développement qui peut sembler un peu surprenant.

Au début, dit-il, les clients voyaient la possession d’un appartement comme « une Assurance vie », quelque chose à utiliser en cas d’urgence. Mais aujourd’hui, certains acheteurs en sont venus à considérer leur appartement comme une résidence secondaire, qu’ils utilisent régulièrement pour des week-ends ou des séjours prolongés.

« Tout le monde dit qu’il dort bien ici », ajoute-t-il.

M. Hall est loin d’être le seul acteur sur le marché spécialisé des bunkers de survie, avec des rivaux qui proposent des installations sur plusieurs sites dans le monde. Mais avec son utilisation d’éléments de luxe, les experts disent que M. Hall exploite une tendance croissante.

Il y a un marché aujourd’hui, car l’idée traditionnelle selon laquelle il faut en quelque sorte « vivre à la dure pour le bien de son âme » est en train de disparaître », explique Peter York, conseiller de nombreuses grandes entreprises de luxe.

Sur ce marché, dit-il, « on se heurte à une cohorte de riches qui n’apprécient pas l’idée d’une vie spartiate, même temporaire – ils veulent que tout soit luxueux en permanence ».

Même s’il pousse une porte ouverte, M. Hall dit qu’il est confronté à de nombreux défis dans la gestion de son entreprise, au-delà des difficultés évidentes de la construction des installations en premier lieu.

L’un des plus gros problèmes est le marketing. Ses clients, dont beaucoup sont riches, ont tendance à être discrets.

« Dire que vous possédez un bunker apparemment, pour quelque raison que ce soit, c’est comme dire que vous avez vu un OVNI. Beaucoup de ces personnes ont appris qu’elles ne veulent pas que d’autres personnes sachent qu’elles ont un bunker », dit-il.

Ensuite, il y a la question de savoir comment les résidents se débrouilleraient ensemble à la suite d’un événement catastrophique.

M. Hall dit qu’il a consacré beaucoup d’efforts à la recherche des aspects psychologiques, dans le but de s’assurer que la communauté souterraine fonctionnerait bien en cas de calamité.

Les mesures prises comprennent un éclairage spécial et des hauteurs de plafond variables, avec des plafonds hauts dans les zones communes et des plafonds plus bas dans l’aile médicale « où les gens peuvent se sentir vulnérables », explique M. Hall.

Dans une situation à long terme où le complexe serait sécurisé contre le monde extérieur, les résidents effectueraient une rotation mensuelle des différents emplois.

« Un mois, vous pourriez travailler au magasin général, le mois suivant, vous travailleriez dans le centre hydroponique, à soigner les plantes », explique M. Hall. Cela permettrait de garder les gens occupés, tout en s’assurant qu’au fil du temps, « ils ont une compréhension complète de l’installation ».

Malgré les défis à relever, M. Hall semble s’amuser, avec un complexe déjà terminé et un autre en bonne voie. « C’est très amusant de les construire », dit-il.


Laisser un commentaire