Des étudiants construisent une petite cabane préfabriquée dans les bois pour moins de 14 000 $.

En Finlande, deux étudiants ayant peu d’expérience mais beaucoup de jugeote conçoivent une maison minimaliste dans les bois et en construisent la majeure partie – de la toiture aux tuyaux de poêle – par leurs propres moyens.

En 2012, alors qu’ils profitaient d’une pause scolaire lors d’une partie de pêche dans la campagne finlandaise, Timm Bergmann et Jonas Becker ont eu une idée intrigante. Pourquoi ne pas mettre leur formation en design à l’épreuve et concevoir et construire une cabane au bord d’un lac ?

« Nous voulions mettre à l’épreuve nos connaissances des premières années d’université et nous avons pensé que ce serait une excellente occasion », expliquent Bergmann et Becker, qui ont concrétisé leur vision de la conception/construction autour de quelques bières dans le sauna plus tard dans la soirée. Lorsqu’ils ont commencé, le duo était en troisième année de licence – Bergmann étudiait l’architecture et Becker le design urbain.

Située à Lavia, dans le sud-ouest de la Finlande, sans aucun voisin en vue, la cabane isolée se trouve près d’un lac et est entourée d’un marécage et d’une vieille forêt. Le site a été choisi pour sa vue sur le lac et son lien étroit avec la nature. « Certains jours, on peut voir des élans, des cerfs et des traces de lynx », expliquent les concepteurs, qui utilisent la cabane pour se retirer de la vie urbaine.

Les jeunes concepteurs ont loué un petit site au bord d’un lac, où la forêt s’ouvrait sur une clairière, afin d’éviter de couper des arbres pour préparer le site. Sans électricité, ni eau courante, ni même accès routier, le terrain était « vierge », explique M. Bergmann, ajoutant que leur désir de respecter le paysage naturel a influencé la conception. « Il était important pour nous de ne pas dominer la nature ».

Baptisée « Small but Fine », la cabane de 26 mètre carré. est connectée à l’extérieur et présente une empreinte minimale. Une dépendance indépendante équipée de toilettes à compostage n’est pas représentée sur la photo.

Un engagement envers des idéaux durables, un petit budget et les conditions marécageuses du site ont façonné la conception de cette cabane en bois minimaliste et préfabriquée, qui sert de retraite connectée à la nature, loin du stress de la ville.

« La maison est disposée en quinconce, de sorte que chaque fenêtre offre une vue différente », explique M. Becker.

Le site n’étant pas accessible aux véhicules, les concepteurs se sont d’abord attachés à construire un sentier surélevé de 650 pieds de long à travers le marais et la forêt jusqu’à la route la plus proche. Pour stabiliser le bâtiment sur un sol marécageux, ils ont construit une fondation à l’aide de tuyaux en acier remplis de béton et ancrés dans la roche-mère, la solution la plus écologique qu’ils pouvaient mettre en œuvre sans compromettre la durabilité du bâtiment.

Construit avec des arbres abattus sur place, un sentier surélevé de 198 m de long relie la cabane à la route la plus proche.

« Nous voyons la cabane comme un observateur du paysage fantastique », explique le duo, qui a caché la cabane derrière la première ligne d’arbres. « La maison peut être effacée sans que cela ne nuise à la nature. Par conséquent, nous avons explicitement interdit l’utilisation d’une fondation en béton pour la construction de la maison. »

L’épicerie la plus proche se trouvant à plus de neuf miles, la cabane encourage une vie autosuffisante. Bergmann, Becker et leurs amis pêchent dans le lac et cuisinent sur le feu. Bien qu’il n’y ait pas d’eau courante, l’eau du lac est pure et le duo prévoit de construire un système de filtration d’eau.

Ils ont également décidé d’utiliser la préfabrication hors site. Heureusement, la ferme des grands-parents de M. Bergmann se trouvait à proximité et ils ont utilisé la vieille grange comme hall de construction. Ils ont préfabriqué les 17 cadres à partir de bois produit localement, sélectionné pour son faible coût, sa durabilité et sa nature indulgente.

Les concepteurs ont utilisé du papier journal recyclé produit localement pour l’isolation, qu’ils ont recouverte de feuilles de contreplaqué en pin de 18 millimètres. Comme chaque cadre modulaire devait être transporté sur la passerelle en bois, ils ont veillé à ce que chaque unité pèse moins de 220 livres.

Bergmann et Becker ont quitté l’Allemagne, où ils étudiaient, pour se rendre sur le site isolé au bord d’un lac en Finlande afin de réaliser le projet en trois étés. Ils ont préfabriqué les cadres modulaires dans la grange des grands-parents de Bergmann (qui avait l’électricité) pour éviter les perturbations dues aux intempéries.

« La partie assemblage et construction a pris cinq mois, mais nous avions aussi nos études, notre travail et notre vie en Allemagne », notent le duo, qui a passé trois vacances d’été pour terminer la cabane. Des amis allemands venaient de temps en temps pour aider à la construction, ce qui leur a valu le droit à vie d’utiliser la cabane pour les vacances.

La vue de l’entrée. Les portes ont été l’un des plus grands défis de la construction pour le duo, qui a dû faire face à leur lourdeur et à leur complexité.

Les murs sont remplis d’une isolation de 10 centimètres de papier journal recyclé. Le toit et les planchers contiennent 15 centimètres d’isolation. La cabane peut être utilisée en hiver, mais elle est surtout visitée en été.

Le poêle à bois Werkstattofen, que l’on trouve dans les quincailleries d’Europe du Nord, transmet rapidement la chaleur et peut chauffer la cabane en moins de 15 minutes. On ne voit pas sur la photo la double couche de tôle qui entoure le poêle pour le protéger du feu.

« Comme nous avons tout construit nous-mêmes, nous avons non seulement réduit les coûts, mais nous avons également pu apporter des modifications en cours de route. Ainsi, nous avons agrandi la terrasse, construit le toit nous-mêmes – contrairement au plan initial – et fabriqué les tuyaux de poêle nous-mêmes », explique M. Bergmann.

« S’asseoir sur le toit, tirer un tuyau de poêle à travers le plafond, puis sceller le toit, c’est autre chose. Nous voulions faire l’expérience de ces processus au lieu de les planifier en théorie. »

« Les pièces sont disposées de manière à faciliter leur utilisation, explique le duo. Ici, l’entrée s’écoule de manière fluide vers la cuisine sur la gauche, un petit salon, et une chambre et un sauna à l’arrière.

Une vue de la cuisine baignée de lumière. En raison d’un petit budget, le duo n’a pas pu se permettre d’acheter des meubles et a préféré utiliser des meubles du milieu du siècle qu’ils ont collectionnés en Allemagne et trouvés dans la propriété des grands-parents de Bergmann. Tous les meubles ont été mesurés à l’avance et les cadres modulaires ont été conçus autour d’eux pour garantir un ajustement parfait.

Un plan d’étage petit mais fin

Leur mentalité de « bootstrap » et le design minimaliste – il n’y a pas d’électricité ni d’eau courante – ont aidé le couple à respecter un budget de 13 449 dollars, dont la majeure partie a été consacrée aux fenêtres à double vitrage et aux matériaux en bois. Suivant les traces du Walden d’Henry David Thoreau, la cabane de 280 pieds carrés sert d’espace de réflexion, d’autonomie et de vie simple avec la nature.

À l’extrémité de la cabane, le duo a installé cette nécessité finlandaise : le sauna. On peut accéder à cet espace polyvalent par la chambre à coucher ou par la terrasse extérieure. Il sert d’espace polyvalent où ils peuvent également cuisiner des aliments – comme le brochet pêché dans le lac.

« Nous voulions montrer qu’une maison n’a pas besoin d’être grande », explique Bergmann. « Construire quelque chose de beau ne doit pas forcément être cher », ajoute Becker. La cabane a non seulement reçu un permis de construire et une autorisation, mais elle est également conforme à la réglementation en matière d’incendie.

De grandes fenêtres inondent le sauna de lumière naturelle et offrent une vue sur le lac.

Les concepteurs ont voulu utiliser des matériaux recyclables dans toute la cabine pour minimiser son empreinte écologique. Ils ont construit les plans de travail du sauna (illustré ici) et de la cuisine, ainsi que les armoires des chambres.

Des briques et des feuilles de métal autour du poêle du sauna assurent une protection contre le feu.

« Nous pensons que le luxe peut toujours se trouver dans les détails et les petites architectures lorsqu’elles répondent aux besoins des personnes qui y vivent », expliquent le duo, qui a depuis fondé le Studio Politaire. « Parfois, il est même préférable de réduire et de réaliser ce qui est réellement nécessaire pour obtenir un meilleur résultat. C’est pour cette raison que nous avons trouvé le nom du projet ‘Small but Fine’. »

Crédits du projet : Architecte de référence : Studio Politaire / @studio_politaire


Laisser un commentaire