Cet homme a passé 40 ans à transformer un désert en une forêt massive, pour prouver que l’espoir existe toujours pour notre planète.

Cela ne vaut pas la peine de prendre soin du monde, vous diraient certaines personnes, mais ce type est là pour prouver à tous qu’ils ont tort. Il était une fois la plus grande île fluviale du monde, Majuli, une terre aride, sèche et presque désolée, perdue dans le nord de l’Inde, mais seulement avant qu’un vendeur de lait ose changer le paysage et son climat.

Préparez-vous à découvrir l’histoire de l’homme qui, à lui seul, a planté une forêt entière.

En 1979, un adolescent était tellement préoccupé par l’érosion des sols qu’il a voulu planter quelques arbres. Jadav Payeng a continué à planter de plus en plus d’arbres au cours des quatre décennies suivantes et a réussi, à lui seul, à créer une forêt dont la taille est plus grande que celle de Central Park à New York. Pendant des décennies, ses efforts sur l’île de Majuli, dans le nord de l’Inde, sont passés presque inaperçus.

Son secret n’a finalement été révélé au grand jour et au monde entier que lorsqu’un journaliste s’est rendu dans l’enclave et a décidé d’en faire un reportage.

La forêt a permis de protéger l’environnement local et la faune indigène, grâce à Jadav. Elle a également offert un refuge aux tigres du Bengale, aux rhinocéros, aux vautours, aux éléphants, aux cerfs et aux serpents, bien sûr. Grâce aux arbres qui ancrent l’île au continent et protègent l’environnement de l’érosion, le reboisement a également rendu Majuli plus sûre.

Les spécialistes de la faune et de la flore ont déclaré que la forêt attire désormais 80 % des oiseaux migrateurs du monde. Elle est officiellement nommée la forêt de Molai. Tous les habitants de la région l’appellent Molai en hommage à Jadav.


Laisser un commentaire